Mission à GJOA HAVEN dans le grand nord canadien

Galerie de photos

Robe en peau de phoqueIl y a 15,000 ans les ancêtres des Inuits sont arrivés dans l'Arctique. Nomades, ils passaient l'hiver dans des "igloos" et l'été sous la tente, fabriquée avec des os de baleines et couvertes de peaux de phoques. Isolés, ils ont gardé leur manière de vivre juqu'au 19ième siècle. La situation de vie en Arctique est très spéciale. Les températures, pendant quatre mois de noirceur, sont souvent à 50 sous zéro. En ces temps de blizzards il est dangeureux de sortir.

Par nature, les Inuits sont très religieux. Avant l'évangélisation ils croyaient aux esprits. Les "shamanes" réglaient la vie morale du clan. Chez eux, l'individualisme n'existe pas. Tout se fait en fonction de la communauté et chacun doit collaborer pour le bien de tous. Ils ne connaissent pas leur chef. C'était autrefois le meilleur chasseur qui apportait le plus de gibier pour leur survivance. Dû au froid permanent, il n'y a aucune végétation, ni bois pour faire du feu. Ils mangent encore de la viande crue alors que leur standard de vie est adapté au temps moderne.

Nouveau néNos Inuits s'appellent "Netsilik Eskimos", nom découlant de leur nourriture le phoque-netsiq. Ils vivent dans de petites maisons de bois, bien chauffées. Aidés par le gouvernement, ils ont le nécessaire mais malgré cela, ils vivent dans des conditions du Tiers-Monde. Ils sont attachés à leur lieu de naissance, à leur culture, à leur langue "l'Inuktitut". Plusieurs n'ont jamais vu une grande ville, ils voyagent uniquement pour voir un médecin spécialiste ou aller à l'hôpital. Voyage de quatre heures en avion.

Dans ma mission la population est de 1,100 habitants dont 500 catholiques. Les autres sont de la High Church anglicane. S'y trouvent une école primaire, secondaire, collège, dispensaire et deux magasins. Le premier missionnaire, en 1951, a été le Père Henri, OMI. Il y trouva 7 igloos, adultes et enfants mal nourris. Avant la messe il leur servait un bon bol de soupe. Il bâtit une église de pierre, donna des injections de peniciline, arracha les dents, et quoi encore…. Très aimé on se souvient. Vous constatez que le christianisme est jeune et que nous avons besoin d'être soutenus. Il est important d’accompagner ces gens, de les instruire dans la foi, de les former sous tous les aspects.

Actuellement pas de vocations religieuses locales. Depuis Vatican II nous formons des couples Inuits à être agents de pastorale et responsables dans leur communauté chrétienne. Alors, ce sont homme et femme qui ont la Mission d'animer la communauté, spécialement le rassemblement du dimanche.

Le diocèse est énorme, plus grand que l'Europe. Les voyages d'une mission à l'autre se font en avion. Jamais moins de 40 minutes de vol. Nous avons seulement 8 prêtres, trois missionnaires laïques et moi comme religieuse. Beaucoup de nos missions sont vacantes. Les prêtres visitent certaines missions seulement aux trois mois. Il est donc très important de former des laïcs compétents pour célébrer les baptêmes, les funérailles et la liturgie du dimanche avec la communauté.

 Sr. Dorica Sever, f.m.m.

 

www.fmmcanada.org
© mars 2007