Mon Service comme Aumônier
dans l’Unité de Réserve des Forces Canadiennes 2010

Pendant trois ans, j’ai travaillé comme monitrice civile au Camp d’été pour les Cadets au Centre d’Entraînement de Trenton. Toutefois je suis allée dans un Camp d’Entraînement cette année. Étant une Réserviste, j’ai été envoyée à une base des Forces Canadiennes à Blackdown, Borden, Ontario par mon unité l’Escadron des
Communications 712 de WestMount, Montréal. Pour celles d’entre vous qui n’êtes pas familières avec la Base, Blackdown se situe à peu près à 100 kms au nord de Toronto et à trente kms sud-ouest de Barrie. Ce camp d’entraînement pour l’été est le plus grand au Canada; nous avions 3200 cadets et 500 employés. Avant le camp, nous avons suivi un entraînement préparatoire pour les aumôniers à Trenton, ce qui nous a donné les paramètres du service pour le camp et l’occasion de connaître les autres aumôniers et les différents membres de l’équipe. Nous étions quatre aumôniers expérimentés en complet uniforme, provenant de quatre religions différentes et nous avons travaillé en équipe. Étant la seule eprésentante de l’Église catholique, j’avais le rôle additionnel de pourvoir aux besoins religieux et spirituels de tous les membres de l’Église catholique romaine.
J’ai aussi une riche expérience en comparant avec les autres années où j’ai travaillé comme aumônier des cadets. Premièrement, c’était la première fois que je vivais dans une tente à partager avec une autre officier. C’étaient des tentes militaires typiques dans une forêt épaisse. Cela m’a pris un peu de temps pour m’y habituer, spécialement avec les conditions climatiques changeantes. Pour les premiers jours, il faisait très froid et ensuite les tentes étaient comme des Sauna. Voici quelques-uns de mes devoirs : soin en pastorale, présence, enseignement; de plus, je devais consoler, pourvoir aux besoins spirituels et religieux du personnel et des cadets. J’ai conseillé les cadets qui avaient quitté leur foyer pour la première fois. Loin de leur famille, ils avaient de la difficulté à s’ajuster à un nouvel environnement, à vivre dans des espaces bondés et étroits près de gens qui viennent de différents milieux, de familles éclatées, de cadets avec des idées suicidaires. D’autres étaient venus au camp après des événements non résolus de leur passé. Donner des moyens de sauvetage pour un grand nombre tel que 120 cadets de 15 à 20 ans, dans un camp, cela aussi a été un défi. Les aumôniers travaillent 24 heures par jour et 7 jours par semaine et cela est très exigeant.
De plus, les demandes imposées aux aumôniers durant ce camp annuel ont été intenses à cause du décès d’un des officiers dans un accident de voiture alors qu’il était en devoir. Nous avons dû nous ocorganiser des funérailles et offrir du soutien de consolation au personnel et aux cadets. Dans l’ensemble, je dois dire que j’ai fait une expérience unique et enrichissante en travaillant comme membre de la Réserve au Canada. Avec l’encouragement de S. Simone, de S. Claire et de ma communauté de Montréal, ainsi que celui des officiers, du personnel et de l’officier commandant de Blackdown, j’ai été capable de m’ajuster et d’offrir mes services dans un milieu militaire.
Tout le Centre d’entrainement a hautement apprécié mon service au camp d’entraînement et je suis revenue avec la satisfaction d’avoir fait de mon mieux.
Lucy Valookaran, fmm

www.fmmcanada.org
© 2011