In memoriam

L'histoire de ma vocation, Marie-Laure

Je suis Marie-Laure Beaudet. Née en 1906 à Deschaillons, d’une famille de 15 enfants, nos parents étaient issus d’ancêtres venus du Poitou et d’Orléans pour s’établir en notre pays en 1636. Des pionniers du Nouveau-Monde!

Six de mes soeurs aînées quitteront successivement le foyer familial pour se consacrer à Dieu; l’une chez les Ursulines, l’autre au Bon-Pasteur. Les cinq autres deviendront missionnaires chez les Franciscaines missionnaires de Marie et parcourront le monde avec la même ardeur pionnière et la même courageuse ferveur que nos ancêtres. Toujours plus loin... Toujours plus haut!

Une épisode de mon enfance semble présager ce que sera ma vie. Me trouvant près de l’église de ma paroisse, j’aperçois une échelle atteignant le toit. « Je n’avais jamais grimpé si haut. Rendue là-haut et regardant en bas, le vertige me prit. La peur de tomber me saisit et je sentis mes nerfs céder. Alors, de toutes mes forces je m’agrippai aux barreaux et je redescendis tranquillement sur la terre ferme. »

Cette tension vers le haut, ce courage de faire face et de me maîtriser, caractériseront toute mon existence! Symboliquement appuyée sur l’Église, j’effectue aujourd’hui encore les ascensions où mon tempérament fougueux m’entraîne... dans la recherche de la Volonté du Seigneur.!

Ma vocation religieuse a très tôt germé en mon coeur. Mes études chez les Ursulines menées à bon terme, je devins enseignante pendant deux ans. Ne trouvant pas autour de moi la perfection sur laquelle je pourrais m’appuyer, à 19 ans je décide de répondre à l’appel que réveillaient en moi la vie de Marie de la Passion (Fondatrice des FMM), les lettres de Mère Lucienne en Chine, les récits des Missionnaires en Indes. Ces lectures nourrissaient et fortifiaient ma vocation.

Entrée à mon tour, chez les FMM en juin 1925, je fis ma première profession en 1927 et partit pour le Maroc en 1928. « J’aurais aimé aller chez les Papous mais j’étais destinée à accomplir la Volonté du Seigneur auprès des orphelines du Maroc. » Ainsi, une soeur Beaudet dans chaque continent encerclait le monde d’une chaîne d’amour et de don de soi au service des pauvres. Après une adaptation sans problème, je m’engageai par des voeux perpétuels à Casablanca en 1933 et vit mon offrande quotidienne en terre marocaine pendant 43 ans.

À mon retour au Canada en 1971, après un temps de repos et de ressourcement, la pastorale d’un foyer de personnes âgées à Val d’Or, me fut confiée. Six belles années de partage dans la prière et l’amitié.

En 1989, les Marthes (soeurs actives) et les Maries (soeurs fatiguées) de Sainte-Anne-de-Beaupré m’accueillent. J’y vécut des jours heureux, toujours occupée, souriante, au service de mes soeurs... et de la timbrologie. J’aurai la joie de voir revenir d’outre-mer mes soeurs aînées et de les accompagner jusqu’au seuil de la Maison du Père. Deux d’entre elles étaient dans leur 90e année.

Maintenant mes cent années accomplies, je gravis en toute sérénité les derniers échelons le sourire aux lèvres, les yeux pétillants de malice et de joie, composant le poème de ma vie que j’irai chanter au Seigneur... quand Il le voudra!

Marie-Laure Beaudet est décédée à Montréal, le 7 mai 2008, dans sa 103e année, la 84e de sa vie religieuse.

 

Témoignages

Jubilaires 2009

Joanna

Teresa

Marie-Laure

Karen

www.fmmcanada.org
© 2008