In memoriam

Jubilaire 2009 - Montréal - 50 ans

Denyse DelisleSœur Denyse Delisle

Originaire de Montréal, Sœur Denyse Delisle devint Franciscaine Missionnaire de Marie et connut très tôt l’appel au-delà de nos frontières. A l’occasion de son Cinquantenaire de vie religieuse, lui présenter un bref hommage, c’est reconnaître sa contribution en éducation, en catéchèse et en art: musique et peinture.

Son implication en ces domaines s’est déroulée en Syrie, où elle œuvra durant 45 ans.  C’est d’abord aux étudiantes d’Alep qu’elle transmet son savoir et les talents dont le Seigneur l’a gratifiée. Puis, lors de la nationalisation des Écoles, elle part courageusement vivre 7 ans dans l’humble village X...  Là, solidaires avec les pauvres, les Sœurs aussi manquent de tout. Mais, nourries de foi et d’espérance, elles font une expérience de vie exceptionnelle en inculturation. Bonnes relations avec les villageois où de braves gens leur enseignent l’Arabe. S. Denyse peut donc donner des cours de coupe et couture aux femmes, ainsi que la catéchèse,  et même assurer des visites aux familles. Puis, c’est un arrêt pour suivre deux années d’étude en Arabe littéraire, à Damas.
 
Assignée à un nouveau poste, à la ville de Homs, ses cours sont prisés par les Jeunes et c’est le gagne-pain de la Fraternité. Un jour, un jeune interrompt le cours pour dire: “Ma Sœur, vous devez nous aimer beaucoup pour en faire autant pour nous!”
 
À Damas, tout comme à Alep ensuite, elle a la direction du Foyer des jeunes Universitaires, en majorité musulmanes et venant de régions éloignées pour des études spécialisées. Toujours professeure de musique, Sr Denyse voit aussi ses réalisations en peinture trouver facilement preneurs. C’est dynamisant, qui en douterait! Puisse son engagement dans le développement social et culturel inspirer les générations qui ont connu cette vaillante missionnaire!
 
C’est en 2008 qu’un sérieux accroc de santé exigeant un suivi la ramène au Pays.   Denyse écrit alors : Malgré la maladie et le regret de ne pouvoir retourner en mon pays d’adoption, je suis heureuse du temps gratuit à offrir au Seigneur.  C’est ainsi que ma mission se continue… la contemplation n’est-elle pas le cœur de notre mission?

 

Témoignages

Jubilaires 2009

Joanna

Teresa

Marie-Laure

Karen

www.fmmcanada.org
© 2009